Ensemble, face au diabĂšte

La maladie

Lorsque nous mangeons, les aliments sont dĂ©gradĂ©s en glucose (sucre). Ce glucose est la source d’Ă©nergie du corps afin qu’il puisse fonctionner.

Pendant la digestion, le sang transporte le glucose (via les globules rouges) dans tout le corps et vient alimenter les cellules. Cependant, pour que le sucre prĂ©sent dans le sang puisse ensuite ĂȘtre transmis aux cellules, le corps a besoin d’insuline, une hormone sĂ©crĂ©tĂ©e par le pancrĂ©as. L’insuline agit donc comme une clĂ© permettant au glucose de passer du sang aux cellules de notre corps.

Chez les personnes diabétiques, une défaillance entre en jeu :

Le pancrĂ©as ne produit pas assez d’insuline (insulinopĂ©nie) pour remplir cette mission. Le glucose reste alors dans le sang et ne peut pas passer dans les cellules.

Si le glucose reste dans le sang, la glycĂ©mie augmente.

 Ă€ long terme, cela peut entraĂźner des complications.

Il existe 3 principaux types de diabĂšte :

Le diabĂšte de type 1

Le diabĂšte de type 1, concerne environ 6 % des diabĂ©tiques. C’est une maladie auto-immune qui se dĂ©clare souvent au cours de l’enfance, de l’adolescence, ou chez les jeunes adultes. Elle se caractĂ©rise par l’absence de sĂ©crĂ©tion d’insuline par le pancrĂ©as.

Les causes de l’apparition de la maladie ne sont toujours pas prĂ©cises. Certains scientifiques pensent que le diabĂšte de type 1 est une maladie gĂ©nĂ©tique qui a pour consĂ©quence l’attaque de certaines cellules du pancrĂ©as. D’autres pensent qu’un virus pourrait ĂȘtre Ă  l’origine de la maladie et inciterait le systĂšme immunitaire Ă  attaquer le pancrĂ©as.

Étant donnĂ© que les cellules du pancrĂ©as – chargĂ©es de sĂ©crĂ©ter l’insuline – sont dĂ©truites, une personne atteinte de diabĂšte de type 1 nĂ©cessite un suivi et un traitement particuliers, et ce, Ă  vie. Le traitement passe par des injections de doses d’insuline par stylo ou via une pompe Ă  insuline.

Le diabĂšte de type 2

Pour le diabĂšte de type 2, le pancrĂ©as continue de sĂ©crĂ©ter de l’insuline :

  • Soit en quantitĂ© insuffisante
  • Soit l’organisme y est devenu rĂ©sistant (l’insuline n’agit pas comme elle devrait)

Il touche en gĂ©nĂ©ral les personnes en surpoids lorsqu’elles commencent Ă  prendre de l’Ăąge.

Le diabĂšte de type 2 apparait le plus souvent entre 40 et 50 ans Ă  cause du mode de vie actuel (manque d’exercice, nourriture trop riche, etc.). Il est souvent considĂ©rĂ© comme une maladie liĂ©e au style de vie.

Cependant l’Ăąge joue un rĂŽle important, tout comme l’hĂ©rĂ©ditĂ©.

Une personne dont un des parents est diabétique de type 2 est davantage susceptible de développer diabÚte de type 2.

Le diabĂšte de type 2 se traite et s’équilibre :

  • par une alimentation Ă©quilibrĂ©e
  • par de l’activitĂ© physique
  • mais aussi par l’introduction de des mĂ©dicaments pris par voie orale (antidiabĂ©tiques oraux).

Dans certains cas, l’injection d’insuline peut se rĂ©vĂ©ler nĂ©cessaire.

Pour plus d’informations concernant « La Maladie » cliquez ici

Le diabĂšte gestationnel

Le diabÚte gestationnel, aussi appelé « diabÚte de grossesse » est une maladie que les femmes peuvent contracter au cours du 2e trimestre de leur grossesse (environ 8 % des femmes enceintes).

Contrairement aux diabÚtes de type 1 et 2 qui sont des pathologies évolutives et à surveiller à vie, le diabÚte gestationnel disparaßt le plus souvent aprÚs la naissance du bébé.

Pendant cette grossesse, le diabĂšte gestationnel se traite le plus souvent par une alimentation Ă©quilibrĂ©e, et en faisant de l’activitĂ© physique.

Mais il se peu dans certains cas de diabĂšte gestationnel dĂ©sĂ©quilibrĂ© que le mĂ©decin introduise de l’insuline pour Ă©viter les complications materno-fƓtales. L’insuline sera arrĂȘtĂ©e aprĂšs l’accouchement.

Lorsqu’une femme souffre de diabĂšte gestationnel au cours de sa grossesse, elle est plus susceptible d’en souffrir Ă  nouveau lors de sa prochaine grossesse et elle est exposĂ©e Ă  un risque plus Ă©levĂ© de dĂ©velopper un diabĂšte de type 2 par la suite.

Pour plus d’informations concernant « Le diabĂšte gestationnel » cliquez ici